Salquenen - Salgesch

Salquenen en arrière-plan - vue direction ouest
Vignoble de Salquenen avec la chapelle en arrière-plan
Vignoble de Salquenen - vue sur la fôret du finges
Vue plongeante direction sud-ouest

La commune de Salquenen fait partie du district de Loèche. Le territoire s’étend entre la Raspille (rivière frontière entre le Haut et le Bas), le bois de Finges, le torrent Gulantschi et la montagne de Varonne des deux côtés du Rhône. Salquenen compte 1250 habitants, dont le revenu essentiel provient de la culture de la vigne, du commerce de vin et des emplois dans les usines de Chippis. Le vignoble de Salquenen s’étend aujourd’hui sur plus de 130 ha.

Salquenen n’a jamais vraiment joué un rôle important dans l’histoire valaisanne. Mais vous savez peut-être, qu’au 13ème siècle, les chevaliers de Saint-Jean de Malte s’installèrent à Salquenen et érigèrent, fidèles aux principes de leur ordre, une auberge offrant le gîte et le couvert aux pèlerins et voyageurs.

Avaient-ils choisi ce village pour les vertus de son vin? Malheureusement aucun écrit ne le confirme, pas plus que l’hypothèse selon laquelle la légendaire hospitalité de Salquenen pourrait bien être un héritage de son passé chevaleresque.

En tout les cas, Salquenen aura toujours pris au sérieux sa tâche de village linguistique frontalier, entre le Haut-Valais et le Bas-Valais, en prenant soin, que la langue romande ne s’étende pas au détriment de l’alémanique.

Les gros titres, le village de Salquenen les a fait ces dernières années : prenons par exemple la réalisation du concept Grand Cru, le musée valaisan de la viticulture, la réalisation du chemin des vignes entre Salquenen et Sierre, le Forum national des Vins, l’introduction du label de qualité pour commerce de vins. Aujourd’hui Salquenen est considéré comme la métropole suisse des vins rouges.

Mais pourquoi les vins rouges de Salquenen sortent-ils du lot des vins d’autres provenance? Eh bien, vous savez peut-être, que le cépage Pinot Noir préfère le terroir brûlé de soleil et riche en éboulis calcaires ; or ce sous-sol d’une compositions idéale, nous le trouvons dans ce bassin de Salquenen, formé à la suite d’un éboulement du rocher de la montagne de Varonne. Cet éboulement de rocher, qui doit avoir eu lieu entre 5 et 7 milles ans avant J.Christ a fait que le vignoble de Salquenen possède un terroir incomparable, qu’on ne rencontre normalement qu’à partir d’une altitude de 1200 à 1800 mètres.

Charles Kuonen